Dans la médecine conventionnelle, on vous prescrit des médicaments et on vous fait une ordonnance. Les traitements thérapeutiques scientifiques ne doivent pas être négligés. Toutefois, pour augmenter l’efficacité des médicaments, pour accélérer la guérison, vous pouvez envisager d’adopter la médecine alternative.

Des méthodes naturelles

L’idée est de mettre à profit les bienfaits de la nature pour guérir le plus vite possible. Ainsi, votre corps n’aura pas à supporter tous les éléments chimiques contenus dans les médicaments classiques. Puis, avouez que guérir rapidement, c’est toujours agréable ! Toutefois, la médecine naturelle n’est pas une discipline facile. Il est important que vous suiviez une formation en médecine alternative pour pouvoir en exploiter toute la puissance et en tirer des avantages certains. Les pratiques thérapeutiques proposées par la médecine alternative ont souvent été utilisées par le passé durant des siècles. Et, généralement, ces pratiques prennent la nature comme pilier. Il n’y a donc aucune molécule chimique. Comme précisé sur guerir.pro, tout repose sur le fonctionnement naturel du corps, les mécanismes naturels de l’environnement et tout ce que la Terre peut offrir en termes de recettes (plantes, eaux, terres, feu…).

Des pratiques traditionnelles

Il faut bien insister sur cette notion de « traditionnelles ». La raison est simple : il vaut mieux se tourner vers des pratiques qui ont été éprouvées durant des siècles. C’est par exemple le cas de l’acupuncture. On peut également citer la médecine ayurvédique, la médecine chinoise, mais aussi la phytothérapie et la naturopathie à base de plantes médicinales. Ces médecines se basent sur des siècles de recherche et de pratiques. Malgré l’absence de base scientifique, les guérisons qu’elles ont apportées aux membres des communautés qui les pratiquent sont la preuve de leur fiabilité. Aussi, restez vigilant quant aux pratiques récentes, telles que la lithothérapie, qui n’ont pas encore été éprouvées.

Des pratiques avec l’appui de la communauté scientifique

L’homéopathie fait partie de ces disciplines de médecine alternative pour laquelle la communauté scientifique a du mal à se mettre d’accord. Si certains médecins acceptent de prescrire des médicaments homéopathiques, d’autres refusent d’agir de la sorte. L’hypnose est un autre exemple de pratique qui tarde à recueillir l’adhésion de toute la communauté scientifique, et ce, même si certains hôpitaux l’ont adoptée dans ses services. Les disciplines suivantes ne font pas non plus l’unanimité chez les médecins : l’ostéopathie, l’homéopathie, l’oligothérapie, la balnéothérapie ou encore le thermalisme.

Complémentarité

On ne le répétera jamais assez : même si les médicaments « chimiques » apportent très souvent la guérison, pour que leurs actions soient optimales, il faut une excellente hygiène de vie. De plus, en les combinant avec des pratiques de médecines alternatives, on obtient une guérison rapide et totale, c’est-à-dire, sans rechutes. Parfois, le seul recours à la médecine alternative permet de guérir. Toutefois, il est nécessaire de s’informer, de se former, de suivre des ateliers sur la médecine alternative. Cela permet, entre autres, d’écarter les disciplines fiables de celles qui relèvent de la superstition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *